Oméga-3, intelligence et cognition chez les personnes âgées

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Les acides gras oméga-3 sont essentiels au maintien de la santé du cerveau et de l'intelligence dite fluide, c'est-à-dire à la capacité du cerveau à faire face à de nouvelles situations, quelles que soient les connaissances déjà acquises. Des chercheurs de l'Université de l'Illinois Urbana-Champaign...

Oméga-3, intelligence et cognition chez les personnes âgéesOméga-3, intelligence et cognition chez les personnes âgées

Les oméga-3 améliorent les capacités cognitives et l'intelligence chez les personnes âgées

Les acides gras oméga-3 sont essentiels au maintien de la santé du cerveau et de l'intelligence dite fluide, c'est-à-dire à la capacité du cerveau à faire face à de nouvelles situations, quelles que soient les connaissances déjà acquises. 

En particulier, les concentrations élevées d'ALA (acide alpha-linolénique), SDA (acide stéaridonique) et ETE (acide eicosatriénoïque) sont liées à une meilleure intelligence liquide et à un plus grand volume de la région cérébrale impliquée dans cette fonction, confirmant ainsi la décroissance cognitive du à l'âge avancé qui dépend également de l'état nutritionnel.

Des chercheurs de l'Université de l'Illinois Urbana-Champaign l'ont démontré dans une étude publiée dans la revue Nutritional Neuroscience au cours des derniers mois.

Les oméga-3 protègent les capacités cognitives

Un grand nombre de preuves scientifiques montrent que les acides gras polyinsaturés ont des effets protecteurs sur le cerveau au cours du vieillissement. 

Vous l'aurez compris, les oméga-3 sont présents en grande quantité dans les membranes des neurones où ils contribuent à l’intégrité structurelle, régulent leur fluidité et la production de neurotransmetteurs et de neuropeptides, substances responsables du transport de l’information entre les cellules du système nerveux.

La consommation élevée d’oméga-3 a été associée à de meilleures performances de la mémoire et à une diminution du risque de démence chez les personnes âgées. 

Certaines études récentes ont également montré que le déclin de l'intelligence liquidienne, l'un des aspects les plus invalidants du vieillissement cognitif, est lié aux niveaux d'acides gras oméga-3 dans le sang.

L'intelligence fluide est la capacité du cerveau à faire face à de nouvelles situations. Elle diffère de l'intelligence cristallisée, c'est-à-dire de l'ensemble des connaissances et de l'expérience acquises antérieurement. Le déclin de l’intelligence fluide indique une capacité réduite à acquérir de nouvelles compétences et est dû à la détérioration d’un système de neurones qui constitue le support d’un nouvel apprentissage. L'intelligence fluide est en fait connectée à une zone particulière du cerveau appelée cortex frontopariétal (FPC).

Le lien entre les capacités cognitives et le niveau d’oméga EPA et DHA est maintenant connu, tandis que les études évaluant si les concentrations de leurs précurseurs et d’autres oméga-3, tels que ALA (acide alpha-linolénique), SDA ( acide stéréidonique) et ETE (acide eicosatriénoïque), sont impliqués dans cet effet protecteur. 

De même, la concentration d'EPA, DHA a été associée à une meilleure performance aux tests cognitifs chez les personnes âgées; mais celle des autres oméga-3 a été peu examinée.

Des preuves scientifiques ont révélé que les quantités plasmatiques d'ALA étaient liées au risque de démence. Le déclin de l'intelligence liquidienne est une caractéristique fondamentale des changements cognitifs qui précèdent la démence sénile.

Par conséquent, l'ALA et ses dérivés, y compris le SDA et l'ETE, pourraient représenter des molécules signalant l'état de l'intelligence liquidienne.

En plus de l'EPA et du DHA, le SDA et l'ETE peuvent également être synthétisés par le corps humain à partir d'acide alpha-linoléique.

Les oméga-3 protègent les capacités cognitives

Les oméga-3 ALA, ETE et SDA sécurisent l'intelligence fluide

Au cours de cette nouvelle étude, les chercheurs ont étudié le lien entre le maintien des capacités cognitives et les oméga-3 capables d’agir sur des aspects particuliers de la santé du cerveau, tels que la capacité d’acquérir de nouvelles connaissances et informations.

Les analyses ont révélé que les niveaux d'acide alpha-linolénique, d'acide stéaridonique et d'acide eicosatriénoïque étaient liés à l'intelligence liquidienne et au volume total de CPF, ce qui suggère que les acides gras sont capables de préserver cette capacité cognitive, tout en maintenant la structure intacte du cortex cérébral chez des personnes âgées en bonne santé.

Ces résultats suggèrent que certains oméga-3 peu étudiés ont des effets importants sur la santé mentale, quel que soit leur rôle dans la voie menant à la formation d'EPA et de DHA.

En fait, l'ALA a toujours été considérée comme ayant peu d'influence par les chercheurs, en raison de sa faible capacité à former de l'EPA et du DHA; son taux de conversion est faible et peut être encore réduit par un niveau excessif de graisses saturées dans l'alimentation, caractéristique commune des habitudes alimentaires occidentales.

Une étude suisse menée en 1998 sur le sujet a conclu qu’avec un régime riche en graisses saturées, la conversion de l’ALA en dérivés était d’environ 6% pour l’EPA et de 3,8% pour le DHA et régime alimentaire également riche en oméga-6, la conversion est également réduite de 40 à 50%.

Quelques précisions sur l'étude

Au cours de la recherche, des scientifiques américains ont sélectionné 122 adultes âgés de 65 à 75 ans en bonne santé mentale, dont 100 ont participé à l’étude.

Les niveaux sanguins des différents oméga-3 ont été mesurés pour tout le monde. L'intelligence fluide et d'autres capacités ont été estimées à l'aide de tests cognitifs spécifiques. Le volume du cortex cérébral a été évalué par imagerie par résonance magnétique. Grâce à une analyse statistique appropriée, toutes les données recueillies ont été corrélées en tenant compte de l'âge, du sexe, de l'éducation et de l'indice de masse corporelle de chaque sujet.

Les résultats ont révélé que les individus dont les concentrations sanguines d'ALA, de SDA et d'ETE étaient plus élevées avaient obtenu de meilleurs scores aux tests cognitifs et présentaient un plus grand volume de CPF, suggérant un lien entre ces trois paramètres.

Des résultats qui ouvrent la voie à de nouvelles recherches

Selon les scientifiques qui ont mené les recherches, les résultats obtenus identifient des oméga-3 liés aux capacités cognitives et une nouvelle relation entre ceux-ci, la structure du cerveau et l'intelligence fluide. 

Les recherches futures devraient indiquer si les molécules sont neuroprotectrices en tant que telles ou si leurs taux élevés sont le signe d’une plus grande conversion en EPA DHA. En fait, l'acide gras SDA est capable de convertir en EPA plus efficacement que l'ALA.

Dans tous les cas, les résultats de l’étude confirment que le déclin cognitif lié à l’âge dépend non seulement de la dégénérescence du cerveau, mais également de l’état de nutrition; ALA, SDA et ETE sont des acides gras présents dans divers aliments d’origine animale (poisson) et végétaux (oléagineux, fruits secs).

A consommer sans modération donc !

E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A découvrir également - Santé